Food Film Festival 3 : Himself He Cooks, prix du meilleur long métrage

"Himself He Cooks". (c) Valérie Berteau et Philippe Witjes, 2011.

"Himself He Cooks". (c) Valérie Berteau et Philippe Witjes, 2011.

La semaine dernière se tenait à New York le Food Film Festival. Regards de l’intérieur, avec un vigneron, un chef pâtissier, deux réalisateurs, et le big boss du festival en personne.

Cinquante mille repas gratuits. Par jour, tous les jours. C’est ce que distribue le temple d’or d’Amritsar, en Inde.

Deux réalisateurs belges, Valérie Berteau et Philippe Witjes, filment la chorégraphie silencieuse de la préparation des repas.

Le film vient de recevoir le prix du meilleur long métrage au Food Film Festival de New York. Cinquièmes lauriers pour ce documentaire étonnant, sans paroles, après une trentaine de sélections en festivals.

Le film met en valeur le geste humanitaire, les actes de solidarité à une époque où les religions sont caricaturées et stigmatisées (…). Dans un monde de consommation effrénée, d’écarts sociaux extrêmes et de désastre écologique, il nous a semblé essentiel de montrer des façons simples d’agir. 

Valérie Berteau et Philippe Witjes

Regardez la bande-annonce de Himself He Cooks.

Trois Questions à Valérie Berteau et Philippe Witjes pour Himself He Cooks

CinéMiam : Quels partis-pris de réalisation avez-vous adopté pour filmer la nourriture et ceux qui la préparent ? 
Valérie Berteau et Philippe Witjes : En 2005, nous tournions SaReGa, un documentaire traitant de la transmission de la musique classique en Inde et au Pakistan. Lors de notre passage au Golden Temple, nous avions tourné quelques images  et monté ces traces pour faire un essai documentaire : Golden Kitchen.

Regardez le documentaire Golden Kitchen :

Cet essai, contre toute attente (durée de 5 mn !), a été diffusé dans de nombreux festivals (IFFR-Rotterdam) et au MOMA à New York.Pendant deux ans, nous avons monté des dossiers pour financer un repérage et le tournage d’un long métrage dans le même esprit, sans paroles, sans voix off, en évoquant uniquement le Seva (service volontaire).

Dès le départ, nous avons souhaité nous concentrer sur le point de vue universel du partage et du volontariat, sans nous référer à une religion en particulier.

Il est toutefois clair que le film est tourné en huis clos dans ce temple et qu’il est particulièrement représentatif de cet acte de partage sans tenir compte du statut social ni même des castes. Le langar [le repas communautaire, et le lieu où il est servi, NdlR] est avant tout la base fondamentale du sikhisme.

HHC 2

CinéMiam : Avez-vous goûté les plats préparés dans le temple ? 
V. B. et P. W. :  Durant tout le mois, nous avons commencé chaque jour de tournage par un repas dans le langar.

Les repas y sont servis 24 h sur 24 et le menu varie plusieurs fois par jour en fonction des arrivages.

Le menu est toujours végétarien, composé d’un plat de lentilles (daal), légumes, roti (chapati).

Ces délicieux repas nous ont chaque fois été servis avec sympathie, simplicité et gentillesse de nuit comme de jour.

HHC 3 affiche

CinéMiam : Quelles difficultés, ou quelles surprises, avez-vous rencontré lors du tournage ? 
V. B. et P. W. :  Deux ans avant le tournage, nous avions pris soin de prendre toutes les autorisations lors de notre repérage.

Le temple est géré par une hiérarchie pyramidale et chaque secteur est dirigé par une entité différente.

Il a fallu de longues journées d’attente, de traductions parfois approximatives, pour rencontrer enfin le manager du langar.

Après une autre semaine d’attente, nous avons aussi obtenu l’aval d’un des prêtres du temple et la signature officielle nous autorisant à venir filmer.

Il aura fallu surtout s’armer de patience et accepter les litres de thé quotidiens pour obtenir ce sésame.

Lors du début du tournage, le management du temple avait changé…

Valérie Berteau et Philippe Witjes

Valérie Berteau et Philippe Witjes

*

Himself He Cooks sera projeté à la bibliothèque de Valenciennes le 16 novembre à 15h.

Les auteurs ont également publié un livre de reportage photographique sur le sujet, livre qui contient un DVD du film. Pour vous le procurer, écrivez à contact@polymorfilms.be ou laissez un message ci-dessous, nous transmettrons aux auteurs.

*

Encore un peu de Food Film Festival ?

Michel Chapoutier July 2013 - 2 Michel Chapoutier, vigneron

 

 

 

Megan McCarthy Palm Beach Daily News Patrick Lézé, chef pâtissier en Floride

About these ads

2 réponses à “Food Film Festival 3 : Himself He Cooks, prix du meilleur long métrage

  1. Pingback: Food Film Festival 4 : Seth Unger, Producteur Exécutif du festival | CinéMiam·

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s