Exclusif : Interview d’Andrew Stellitano, designer culinaire

Parfum accompagnant un repas sur le thème du mariage. (c) A. Stellitano, 2012

Andrew Stellitano est un styliste gastronomique anglais. Et un peu plus. Il utilise le laser pour découper des petites fleurs dans des pappadoms, collabore avec des marques de confiserie ou de boissons, expérimente sur les textures et les parfums. En juin dernier, il orchestrait une projection gustative du Labyrinthe de Pan. Nous vous en parlions ici. La très ésotérique bande-annonce est là. 

En exclusivité, CinéMiam a interviewé ce designer visionnaire. Andrew Stellitano lève un coin du voile sur la conception et la réalisation de cet événement exceptionnel. Pour découvrir le menu du film, c’est par ici.

CinéMiam : Parlez-nous un peu de vous. Comment êtes-vous devenu styliste gastronomique ?
Andrew Stellitano : J’ai étudié les arts graphiques à l’école Central St. Martins. En parallèle, je travaille en cuisine depuis que j’ai 16 ans. Après mon diplôme, je me suis demandé comment faire converger mes passions pour le Design et la Gastronomie.

« Lyle’s Panscapes » – paysages en pancakes pour la marque de sirop Lyle – Photo (c) Dominic Davies – Stylisme : A. Stellitano

CM : L’expérience « Labyrinthe de Pan« . Qui vous a contacté, qui a choisi le film ? 

A.S. : C’est à travers Polly Betton (organisatrice de fêtes courues à Londres) que le groupe Soho House m’a contacté. Ils souhaitaient  un menu qui accompagne une projection dans l’un de leurs cinémas, The Electric.

Le choix du film fut collectif. À mon avis, c’était un film d’après lequel il était particulièrement intéressant de créer un menu. Je trouve que Del Toro a réalisé quelques films extraordinaires. Travailler sur Le Labyrinthe de Pan, c’était disposer d’une riche source d’inspiration.

CM : Pourtant, les scènes de cuisine n’abondent pas dans le film…
A.S. : Oui, et ça me plaisait vraiment. Parce que du coup, impossible d’anticiper ce qu’on va vous servir, ni quand. Les arômes sont cruciaux dans un menu dégusté au cinéma, et ils peuvent être inspirés par n’importe quelle séquence du film.

« Dehydrated Dolly » – feuille de bananier déshydratée – (c) A. Stellitano, 2012

CM : Avez-vous cuisiné vous-même les plats servis au cinéma ? 
A.S. : J’ai participé à tous les plats. J’ai également collaboré avec Sam Carter de (la marque de gin) Bombay Sapphire pour créer quelques boissons étonnantes.

CM : N’est-ce pas frustrant pour un designer d’être mangé dans le noir ? 
A.S. : C’était très intéressant. Parce que c’est le film lui-même qui fournissait les références visuelles. C’est passionnant, de travailler comme ça. Et l’absence de rapport visuel avec la nourriture, dans le noir, rendait le goût, l’arôme, la texture et la température absolument cruciaux.

« Silk Road Whispers » : Abricot au tandoor avec miel fumé, yaourt au laurier et graines de coriandre, crumble aux raisins secs, noix de coco et amandes. Photo (c) Dominic Davies, design A. Stellitano.

CM : Dans un programme de télévision, diffusé il y a un an, le chef anglais Heston Blumenthal se livrait à une expérience comparable sur le film Le Parfum. Avez-vous vu ce programme ? 
A.S. : Oui, je l’ai vu. Mais vous savez, il y a eu d’autres projets formidables qui expérimentaient avec la nourriture au cinéma. Bompas & Parr (un fabricant de jelly ultramoderne qui organise des événements gastronomiques, gâteaux explosifs ou tour en chocolat) est à l’origine d’événements immersifs incroyables, même s’ils mettaient moins l’accent sur la gastronomie. Le Secret Cinema, aussi (un groupe de cinéphiles passionnés qui organisent des soirées ciné thématiques), a produit de beaux événements.

Je ne pense pas qu’il y ait de recettes toutes faites. Chaque film implique une approche nouvelle. Ce que j’en retire, c’est que ce qui est le plus important pour une expérience dans le noir, c’est le parfum.

CM Quelle fut la réaction du public à la projection du Labyrinthe de Pan
A.S. : Les gens ont beaucoup apprécié la projection, on nous en a dit beaucoup de bien. Ils ont relevé quelques points intéressants, comme le bruit de certains emballages, que nous améliorerons par la suite.

Framboises lyophilisées. Créées pour la confiserie éphémère de la London Design Week. – Photo (c) Richard Install – Design : A. Stellitano.

CMCar il y aura une suite ? 
A.S. : Après le succès de la projection, le cinéma The Electric n’attend qu’une chose : pouvoir recommencer. On verra bien…

* * *

Encore un peu ?

Le menu intégral de la projection et les notes de travail d’Andrew Stellitano
Le récit de la projection

* * *

Publicités

3 réponses à “Exclusif : Interview d’Andrew Stellitano, designer culinaire

  1. Pingback: Exclusif – “Labyrinthe de Pan” : Menu et notes de travail | cinemiam·

  2. Pingback: Mangez l’écran ! | cinemiam·

  3. Pingback: Exclusif : Le Food Film Festival, de l’intérieur | CinéMiam·

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s