Fayots sur pellicule

Le Secret de Brokeback Mountain – (c) Photo Cat’s – Reproduction interdite

Ne cherchez pas les haricots à la tomate « BetterMost » dans les supérettes du Wyoming. Le réalisateur Ang Lee a fait créer la marque et son étiquette bleue pour les besoins de Brokeback Mountain. Aussi minutieux que gourmand, le réalisateur de Salé Sucré sait qu’avec ses succulents gros plans sur les conserves mijotant au barbecue, il touche à la pierre angulaire du feu de camp westerno-hollywoodien.

Ainsi, Terence Hill a quasiment fait des haricots sa marque de fabrique. Il revendique plusieurs grandes scènes de fayots. Dont un fort joli moment dans Mon nom est personne, où Terence Hill en personne s’empiffre à la louche de haricots mijotés sur la fournaise de la locomotive, face à un Henry Fonda raide comme un cours de maintien. Le blondinet et son comparse Bud Spencer récidiveront dans la légumineuse, notamment lors d’un probable chef d’œuvre intitulé Les anges mangent aussi des fayots.

Mel Brooks ne respecte rien. Ni la conquête de l’Ouest, ni les cow-boys, ni les haricots. Dans Cours après moi, shérif !, le feu de camp sur fond d’harmonica tourne au concert pour instruments à gaz.

Mais le prince incontesté des haricots n’est autre que le « Duke » des westerns. John Wayne, hors des plateaux, passait ses week-ends habillé en cow-boy, chevauchant les plaines et recréant l’ordinaire du garçon vacher de 1880.

C’est dans cet esprit qu’en mars 2011, la Paramount, la marque de produits alimentaires Completely Fresh Foods et les héritiers de l’homme au stetson ont annoncé le lancement d’une gamme de conserves « John Wayne ». Au menu, un ragoût de bœuf, un pain de viande, une sauce barbecue. Et pas moins de deux recettes de haricots : rouges « des pistes » en chili, blancs « du feu de camp » avec des saucisses.

En parallèle, la fondation John Wayne contre le cancer a lancé sous l’effigie du Duke quatre parfums de « beef jerky », du bœuf séché, un snack populaire aux USA : nature, poivre noir, barbecue et teriyaki. À grignoter en revoyant la séquence du restaurant de L’homme qui tua Liberty Valance.

* * *

Retrouvez les recettes de Brokeback Mountain, et bien d’autres recettes de coups de foudre, dans À table avec les Amoureux.

Publicités

Une réponse à “Fayots sur pellicule

  1. Pingback: L’Odyssée de Pi : Tigre et… thon | cinemiam·

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s