Pulp Fiction : le Milk Shake

(c) Photo Cat’s

Vincent obéit aux ordres de son patron et emmène dîner la femme de celui-ci. Ils prennent place dans un genre de Hard Rock Café où serveurs et menus sont dans l’esprit des années 1950. Vincent (John Travolta) est épaté par le prix exorbitant du milk-shake que commande Mia (Uma Thurman). Il goûte, et doit convenir qu’il s’agit d’un « pretty fuckin’ good milkshake ».

La question est donc : un milk-shake, certes, mais à quoi ?

La séquence

Pour le savoir, penchons-nous sur les dialogues.

Mia: Je prendrai un hamburger Durward Kirby et un milk shake à cinq dollars.

Le serveur :Vous l’aimez comment, votre shake, « Martin et Lewis », ou « Amos et Andy » ?

Mia: « Martin et Lewis ».

Avec ça, me direz-vous, on est bien avancés. Petite séance de décryptage.

La lecture

Durward Kirby : Présentateur et animateur de plusieurs émissions de divertissement des années 50. Dont un tremplin pour jeunes comiques et une caméra cachée.

Martin et Lewis : Hommage au tandem d’humoristes Dean Martin et Jerry Lewis.

« Amos et Andy » : L’une des premières comédies radiophoniques américaines. L’histoire de deux Noirs de la région d’Atlanta qui partent chercher fortune à Chicago avec, pour tout pécule, 24 $ et deux croque-monsieur. Le contraste est saisissant avec Martin et Lewis, deux Blancs qui ont débuté au très chic Club 500 d’Atlantic City, atteint les sommets de la fortune et du succès, fréquenté la Maison-Blanche et la mafia.

On peut donc en déduire ceci.

Un milk-shake « Martin et Lewis » sera plus riche, mieux garni, plus grand sans doute, qu’un « Amos et Andy ».

Un milk-shake « Martin et Lewis » sera blanc, tandis qu’un « Amos et Andy » sera noir.

Qu’est-ce qui, dans un milk-shake, peut-être blanc ou noir ? La seule réponse logique, c’est le chocolat.

Le milk-shake de Mia est donc au chocolat blanc.

* * *

La Recette

Pour une Uma Thurman

  • 2 boules de glace au chocolat blanc
  • 1 boule de glace au lait d’amandes
  • 25 cl de lait
  • 1 càs de jus de cerise
  • 1 cerise au marasquin
  • 1 petit piment rouge frais
  • 1 grand verre à milk shake
  • pailles
  1. À la pointe d’un couteau, fendez le piment en 2, ôtez les graines. Passez l’intérieur du piment contre l’intérieur du verre. Dans le fond du verre, versez le jus de cerise.
  2. Dans le bol du blender, versez d’abord le lait, mettez en marche, fonction « glace pilée ». Ajoutez la glace une cuiller à soupe après l’autre. Mixez 3 mn en tout.
  3. Versez dans le verre, pas trop fort pour garder une couche de jus de cerise au fond. Surmontez de la cerise au marasquin. Plantez une ou deux pailles et servez aussitôt.

Note sur cette recette

À part le chocolat blanc, impossible de deviner ce qu’il y a dans le verre de Mia. On sait juste qu’il n’y a pas d’alcool. Vous pouvez jouer avec toutes les glaces blanches : vanille, calisson, confiture de lait…

Le jus de cerise rend hommage à John Travolta, qui sirote un Cherry Coke, un coca à la cerise, en face d’Uma Thurman.

* * *

Encore un peu de Tarantino ?

Le gâteau blanc de Django Unchained

Tout sur la chartreuse verte de Boulevard de la mort.

Retrouvez la recette du milk-shake de Pulp Fiction, et toutes les recettes des grandes scènes d’amour, dans À table avec les Amoureux

* * *

Publicités

3 réponses à “Pulp Fiction : le Milk Shake

  1. Pingback: La sorcière verte | cinemiam·

  2. Pingback: Django noir, gâteau blanc | cinemiam·

  3. Pingback: Fabrice MOYA fête le cinéma | Fabrice Moya·

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s