Chantons sous la table – 1/ Chitty Chitty Bang Bang

ChittyChittyBangBang2

Chitty Chitty Bang Bang, de Ken Hughes (1968). (c) United Artists

Chantons, c’est l’été ! En ce doux mois d’août, CinéMiam vous offre quelques numéros de comédies musicales à croquer. 

Son nom est Bang. Chitty Chitty Bang Bang.

En 1968, tout est possible. Même la rencontre entre Walt Disney et… James Bond.

James Bond, parfaitement. Le producteur Albert R. Broccoli vient de produire quatre films de l’agent secret. Il détient les droits des romans de Ian Fleming. Les 007, ainsi que l’unique conte pour enfants du romancier britannique.

Un texte sobrement intitulé Chitty Chitty Bang Bang.

Bonbons à musique, voiture volante

Chitty Chitty Bang Bang, c’est le nom de la voiture, pour cause de moteur tonitruant. Elle véhicule la famille Potts.

Chitty voiture

Affiche de la reprise du spectacle à Londres. La voiture volante conserve le record de l’accessoire de théâtre le plus cher de l’histoire d’Angleterre.

Le père, Caractacus Potts, inventeur incompris, a mis au point la confiserie qui doit faire sa fortune. C’est un bâton de sucre d’orge qui fait instrument de musique. Quand on souffle dedans, il se change en sifflet.

Dans la scène qui nous intéresse, Potts (Dick Van Dyke) tente de convaincre son futur beau-père, magnat d’un empire pâtissier, de confectionner sa sucrerie musicale. Il est aidé dans ses efforts par Truly (Sally Ann Howes), la fille du magnat.

Chitty choré

Sally Ann Howes et Dick Van Dyke. (c) United Artists

La friandise est baptisée « toot sweet ». Traduisez : le bonbon qui fait pouët, avec un jeu de mots sur le français « tout de suite ».

Inutile de vous dire que ça ne va pas très bien se passer. Ni avec le beau-père, ni avec les chiens du quartier, attirés par les sifflements du bonbon à vent. Voyez plutôt.

Toute la richesse mélodique d’un klaxon

La chanson « Toot Sweets » porte la signature des Sherman Brothers. Robert et Richard Sherman sont couverts de récompenses pour leur travail sur les films de Walt Disney. Ils empochent deux Oscars pour Mary Poppins avec le même Dick Van Dyke. On leur doit les partitions des Aristochats, du Livre de la Jungle

C’est pas compliqué : ce sont eux qui détiennent le plus grand nombre d’Oscars de l’Histoire, toutes catégories confondues. Mais le jour où ils ont écrit « Toot Sweets« , ils devaient avoir du lait sur le feu. La critique parue dans Time Magazine lors de la sortie en salles accorde à la partition « toute la richesse mélodique d’un klaxon automobile ».

Quant à la chorégraphie, disons sobrement qu’elle n’a pas bien vieilli. Alors pourquoi retenir cet extrait ?

Chitty press flyer

Chapeau melon et bols de cuivre

On l’a aimé pour les somptueux décors et costumes, un petit air de My Fair Lady. Que de savoir-faire dans cet atelier. Imaginez un peu.

La chef-costumière, deux Oscars, quelques petits films comme Ben Hur et Moby Dick. Le chef déco, un vétéran des James Bond, oeuvrera sur le Barry Lyndon de Kubrick et Le Limier de Manckiewicz ; deux Oscars itou. Quant au directeur artistique, il vient de reprendre en main Chapeau melon et Bottes de cuir lors de son passage en 35 mm (qui voit arriver Diana Rigg / Emma Peel) et présidera plus tard au look inimitable d’Amicalement Vôtre.

Résultat : un sens du détail qui rendrait épileptique un producteur moderne. Sur les accessoires « en dur », s’entend : contemplez ces magnifiques casseroles en cuivre, authentiques accessoires du tournage, qui figurent dans le numéro « Toot Sweets« .

chitty casseroles

Superbes casseroles en cuivre, 36 cm de diamètre. Anciennement propriété de Peter Hunt, producteur associé du film. Image reprise sur le site  d’accessoires de cinéma propmasters.com

Par contre, les gâteaux, bonbons et entremets qui devraient ensevelir la scène sous un tsunami de crèmes montées, de fruits glacés, de chocolats ganachés… sont cruellement absents du décor. Reconnaissons qu’avec tous ces projecteurs qui chauffent, il ne faisait pas un temps à mettre un saint-honoré dehors.

Tant pis. L’extrait vaut aussi pour une certaine candeur candie, une idée de l’innocence et du bonheur comme on ne les verra probablement plus jamais sur un écran américain. Un soupçon de nostalgie sucrée, au coeur d’une dragée de grande maison.

* * *

Encore un peu de comédies musicales ?

Épisode 2 : Antique, l’omelette norvégienne du cinéma coréen

Épisode 3 : Sweeney Todd, les pires tourtes de Londres

Épisode 4 : Peau d’Âne, un amour de cake

* * *

3 réponses à “Chantons sous la table – 1/ Chitty Chitty Bang Bang

  1. Pingback: Chantons sous la table – 2/ Antique, l’omelette norvégienne du cinéma coréen | cinemiam·

  2. Pingback: Chantons sous la table – 3/ Sweeney Todd, les pires tourtes de Londres | cinemiam·

  3. Pingback: Chantons sous la table – 4/ Peau d’âne, un amour de cake | cinemiam·

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s