La religieuse du « Soleil de Satan », et autres délices de Cannes 2015

Camdeborde

Rêvez-vous de manger comme à Cannes ? Sur la plage du festival, tandis que les étoiles se reflètent sur les vagues et que les stars se reflètent dans les miroirs, en général, on n’est pas là pour se remplir la panse. Mais la donne est en train de changer.

Nespresso invite sur sa plage trois grands chefs. Chacun a imaginé cinq plats inspirés d’un film du palmarès. Le menu sera servi au restaurant de la plage, tout le festival durant.

Vous trouverez au fil de l’article les recettes pour festoyer comme un V.I.P. Elles donnent l’eau à la bouche. Mais avant cela, voyons quel chef a choisi quel film, et pourquoi.

Christophe Dufau : Le Monde du silence

© Emmanuel Nguyen Ngoc

© Emmanuel Nguyen Ngoc

Chef et voyageur, le talent jamais en repos, Christophe Dufau décroche une étoile au guide rouge pour son établissement Les Bacchanales aujourd’hui installé à Vence, dans les collines provençales. Le chef Dufau, c’est « le type à servir des œufs de poisson volant vert fluo, des palourdes assorties de potimarron et de rhubarbe et les premières asperges en glace au dessert« , nous apprend sa bio.

Du coup, on est un peu moins surpris de son choix : Le Monde du silence, réalisé par Louis Malle avec Jacques-Yves Cousteau, palme d’Or 1956. « Après la cuisine, la plongée est ma deuxième passion, confie le chef. Quand je ne suis pas aux fourneaux, je suis dans l’eau. Peut-être parce que, gamin, j’ai rêvé avec ces nageurs du Monde du silence à cheval sur des tortues… »

Sa recette : langouste puce, pasta e fagioli. « J’ai voulu, moi, magnifier dans ce plat tout mon amour de la mer, de ses poissons, de ses mollusques, de ses crustacés. À imaginer par exemple des langoustes ivres de café, pareilles à ces plongeurs ivres des profondeurs… »

Accédez ici à la recette.

Florent Ladeyn : Les 400 coups

© Emmanuel Nguyen Ngoc

© Emmanuel Nguyen Ngoc

Si les téléspectateurs ont découvert le talent de Florent Ladeyn à travers l’émission Top Chef, les gourmands, eux, ont découvert Boeschepe, le village des Flandres où le chef a repris la maison familiale. Étoilé Michelin pour sa cuisine « créative, bucolique, sauvage et locale », Florent Ladeyn officie trois jours par semaine aux fourneaux du Bloempot, sa « cantine flamande » ouverte à Lille en 2013.  Cantine ? « Tu t’assois, tu manges ce qu’on te donne. Sauf que c’est bon. »

Pour son menu cannois, le chef a choisi Truffaut. « Comment ne pas se retrouver dans le portrait de cet adolescent un peu turbulent, un peu rebelle, qui se sent différent et n’est pas très à l’aise dans le moule où on veut l’enfermer ? »

Sa recette : Canard fumé au foin, morilles croustillantes. « Ce que j’ai cherché dans mon menu, c’est retrouver ce rapport à l’enfance et aux souvenirs qu’on peut avoir en cuisine. Créer des émotions en se remémorant des souvenirs, en les remaniant, en les réinventant. »

Accédez ici à la recette.

Yves Camdeborde : Sous le soleil de Satan

Camdeborde

Le chef palois secoue depuis 1992 les habitudes culinaires. Son premier établissement, La Régalade, qu’il ouvre à 28 ans, pose les bases de la cuisine « bistronomique ». Élégance parisienne et générosité béarnaise s’allient au menu de sa table actuelle, Le Comptoir du Relais Saint-Germain (Paris 6ème). Avec le dessinateur Jacques Ferrandez, il a publié cet hiver la bande dessinée Frères de terroir où il met à l’honneur les apiculteurs, maraîchers, vignerons et bouchers qui fournissent sa table.

Pourquoi Pialat et son Soleil de Satan ? « Si ce film m’a autant marqué, c’est que j’ai été un enfant très croyant et que le mystère de la foi me préoccupe toujours. Depardieu, qui y est incroyablement fort et puissant, totalement habité, me rappelle ces curés de campagne qui étaient entièrement dévoués à leur mission. »

Au menu, fatalement, une religieuse. « Cela m’amusait de… m’amuser autour de ce film et le curé de mon enfance, ami fidèle, m’a donné sa bénédiction pour le faire ! » On remercie monsieur le curé, car la recette frise le péché : religieuse crémeuse, fine gelée, poivre de Sichan, noix de pécan.

Accédez ici à la recette.

Et pour les festivaliers, voici où déguster ces créations ciné-gastronomiques, du 13 au 24 mai :

La Plage Nespresso
147 Boulevard de la Croisette
Téléphone : +33 6 40 36 15 21

Ouvert tous les jours de 9h30 à 23h
Dîner uniquement sur réservation.

* * *

CinéMiam est heureux de retrouver ses lecteurs, et souhaite la bienvenue à ceux qui arrivent ici par l’entremise de M, le magazine du Monde. Ces derniers souhaiteront peut-être en savoir plus sur Le martini de James Bond ? C’est par ici. 

Le barman vous propose aussi la chartreuse de Quentin Tarantino, le manhattan-bouillotte de Certains l’aiment chaud, l’agua de Valencia signée Almodovar et la citronnade de Lawrence d’Arabie. Sur CinéMiam, il y en a pour tous les goûts…

* * *

Publicités

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s